shutterstock_157219337.jpg
Rechercher
  • Olivier Andrieux

La RSE, un puissant levier d’engagement des collaborateurs ?

Dernière mise à jour : 3 mai

42% des salariés ne se sentent pas reconnus par leurs dirigeants (étude Malakoff ‘’santé et QVT 2019’’)

Le marché du travail : vers un changement profond de paradigme ?

Hier encore, le marché de l’emploi était orchestré par les employeurs avec le schéma suivant : un besoin, une annonce, des postulants puis un choix de recrutement.

Aujourd’hui, la crise sanitaire ayant probablement influé sur le rapport au travail, nous constatons dans de nombreux domaines un phénomène inédit : Un besoin important, des annonces et une absence de candidats. Nous ne parlons même plus de salaire…

Le salarié ‘’prend sa revanche’’ en pensant à de nouveaux besoins, en étant opportuniste voire en allant au plus offrant.


Quelle est la suite…

Les nouvelles générations de salariés (générations Y et surtout Z) risquent d’accélérer ce processus.

Que le dirigeant l’accepte ou non, il va devoir revisiter ses modes de management et de motivation des troupes sous peine de passer son temps à gérer la pénurie de main d’œuvre voire même freiner le développement de son entreprise.


La notion d’engagement dans l’entreprise

L’engagement au travail représente le sentiment d’attachement et de loyauté d’un individu envers son entreprise.

Quand il est élevé, il rejaillit sur toute l’entreprise : la rentabilité, la fidélisation, l’intelligence et l’efficacité collectives, le développement de la marque employeur, etc.

Les grands groupes ont intégré depuis longtemps cette dimension et innovent dans ce domaine pour devenir de plus en plus attractifs.

Qu’en est-il des TPE/PME qui n’ont pas les mêmes ressources humaines et financières ?


Les clés de l’engagement

Parmi d’autres, 3 éléments clés influent directement sur l’engagement d’un salarié :


- La reconnaissance : en lien avec la valorisation de soi, elle permet l’échange et de développer la capacité à communiquer de manière franche et respectueuse envers l’autre. Que le feedback soit négatif ou positif, le collaborateur se sent respecté et partie intégrante dans l’entreprise.


- La confiance : en lien avec l’autonomie, la prise de décision et l’esprit de créativité, elle permet à l’individu de s’épanouir dans la structure et de se sentir utile dans le collectif.


- La motivation : on distingue une motivation en lien avec la notion de récompenses et celle en lien avec nos besoins intérieurs. Ce deuxième point agit directement sur la notion de sens et d’épanouissement au travail.


Prise en compte des nouvelles générations (Y et Z)

Ces populations recherchent prioritairement le travail d’équipe, l’autonomie, la transparence, la relation de confiance avec son manager. Friands des modes de communication numériques, ces ‘’nouveaux collaborateurs’’ cherchent à trouver du sens dans leur travail. Il convient d’en tenir compte.


Qu’apporte la RSE face à ces constats ?

S’engager dans la RSE implique de la part du dirigeant une démarche honnête et responsable notamment vis-à-vis de ses équipes.


S’il implique ses collaborateurs dans sa mise en place, il y a fort à parier qu’une dynamique va s’installer et que les collaborateurs y trouveront du sens.


Faire participer les collaborateurs de manière aléatoire aux réunions RSE est un symbole très fort. On donne la parole à tout le monde


De manière unique, le salarié et l’employeur se retrouvent autour d’un projet commun qui a du sens à titre personnel et professionnel. Nous ne sommes plus sur des considérations traditionnelles telles qu’exécuter une mission et gagner son salaire mais bien sur les notions de partage, d’intérêt collectif et de construction d’un futur en commun.


* Ce sondage révèle la RSE comme un facteur d’attachement à l’entreprise


La principale ressource dans l’entreprise est l’homme. Il existe de nombreux leviers pour impliquer et fidéliser les collaborateurs En les impliquant dans une démarche RSE, l’employeur peut agir sur les 3 leviers de l’engagement :

La reconnaissance en permettant aux salariés de coconstruire le futur de l’entreprise

La confiance en partant du postulat que nous construirons tous ensemble ce futur

La motivation en permettant à chacun de s’exprimer, d’apporter des réponses constructives et positives pour le bien de tous.


Sans rentrer dans une forme d’angélisme, la RSE peut être un des principaux leviers pour développer la fidélisation et l’engagement dans l’entreprise du XXIème siècle.


43 vues0 commentaire